22. Goodnight sweetie


 

J’ai déniché aux puces un vieux cadre doré qui a servi de base à cette vitrine de 18/29/18 cm de profondeur. Le petit garçon en pyjama avait été acheté en Hollande il y a 2 ans, et attendait tranquillement l’occasion de figurer dans une de mes créations. C’est aujourd’hui chose faite avec cette reproduction presque à l’identique de ma chambre de petite fille avec son lit bateau en acajou de style Louis-Philippe, sa fenêtre garnie de rideaux bordés de dentelle, la petite commode à tiroirs et la gravure représentant l’angelot sur la margelle d’un puits (l’original de cette gravure pend toujours chez moi, et a bercé mes rêves d’enfant).

Le boitage est en mdf de 6mm d’épaisseur. Le papier peint à dessins a été trouvé sur le net, ses motifs réduits avec Paint Shop pro car je les trouvais trop grands. Imprimé sur plusieurs feuilles de papier d’imprimante 80gr, il a été collé en différents lés directement sur le boitage avec de la colle à tapisser. Du papier peint ligné rose forme les lambris, une feuille de papier blanc-gris a été collée au plafond, et du balsa de 1,5 mm a été coupé en languettes de 2cm de large, chacune peinte en gris, poncée puis cirée et collée pour former le plancher.

Le modèle de la porte vient du livre de Pascale Garnier « Miniatures, scènes de la vie », tandis que le lit bateau est inspiré du modèle de indiaminiature, et modifié. Les plans et explications détaillées de mon lit peuvent vous être envoyés sur simple demande par courriel.

Une baguette décorative sépare les 2 papiers peints, une moulure en bois est posée à la jonction murs/plafond, et une plinthe de 7 mm/1,5mm est collée à la jonction murs/plancher.

Rideaux, draps de lit , traversin et et taie d’oreiller ont été coupés et cousus dans de fins mouchoirs de baptiste ornés de dentelle. Le coffre à jouets est un coffre « Playmobil », à l’origine en plastique violet ; Je l’ai repeint en brun (peinture Humbrol), entièrement gainé à l’intérieur de tissu à petits motifs, et revêtu de sangles et de garnitures en fin cuir noir que j’ai collées. Méconnaissable, il a l’air vieux de près d’un siècle !

J’ai pris grand plaisir à réaliser cette vitrine qui a nécessité près de 38 heures de travail.